Du Moyen-Âge aux temps modernes

 

 

Alors voici maintenant la suite du dossier de la sexualité à travers le temps ! Cette semaine, vous en saurez davantage sur la sexualité du moyen-âge et de l’époque moderne.

À l’époque du Moyen-Âge

C’est à cette époque que le christianisme fait son apparition. Dans la première partie du Moyen-Âge, les prêtres avaient le droit de se marier et personne n’était brimé dans sa sexualité. C’est à partir de la deuxième partie que la religion avait désormais le dernier mot sur l’amour conjugal et progressivement, le clivage entre les prêtres et le reste de la société se mettait en place. L’église interdit au clergé d’avoir des relation sexuelle et par conséquent, les prêtes ont alors imposé leurs restrictions. Le peuple se devait d’avoir des relation sexuelle que pour une seule et unique raison : procréer. L’homosexualité était donc considéré comme une maladie et une perversion. Les prêtres, quant à eux, étaient considérés comme supérieurs et ayant fait leurs voux de chasteté, ils avaient pour seul mandat de répandre la religion dans la société.

Plusieurs interdictions étaient imposées aux couples mariés. Entre autre, l’église demandait aux hommes et aux femmes de ne pas avoir de relation sexuelle le dimanche, le mercredi et le vendredi, pendant la période du carême de Pâques (40 jours avant la fête sainte), de Noël,de la Pantecôte et pendant les jours de fête des Saints. Il fallait aussi éviter tout contact sexuel pendant les règles de la femme, durant sa grossesse et pendant l’allaitement pour éviter de corrompre le lait et de contaminer le bébé. De plus, l’homme ne devait démontrer aucune passion envers sa femme car au Moyen-Âge « rien n’est plus infâme que d’aimer une épouse comme une maîtresse ». On disait que l’amour n’avait pas sa place dans le mariage puisque cette relation formelle n’était destinée que pour la procréation. L’adultère était interdit par le clergé, surtout si cet acte était commis avec une femme juive ou païenne. Si un bébé naissait de cette union, l’homme se devait d’abandonner complètement la femme ainsi que l’enfant.

À l’époque du Moyen-Âge, l’interdiction d’avoir des relation sexuelle dans un autre but que de procréer entraînait aussi une lourde condamnation à l’homme qui utilisait une partie du corps de sa femme pour autre chose que sa fonction principale. Ainsi, la pénétration anale et la fellation étaient entièrement proscrites. La masturbation était également condamnée puisqu’elle faisait signe de plaisir et non de procréation. Lors de la relation sexuelle, la femme n’avait pas le droit d’être sur l’homme et la position de la levrette (homme derrière la femme) n’était pas accepté par l’église. Si le couple décidait de ne pas se plier aux exigences de celle-ci, il risquait d’avoir des enfants infirmes, lépreux et monstrueux !

Les temps modernes

L’époque moderne est la période historique débutant en 1492 avec la chute de l’empire romain et se terminant en 1792 avec la révolution française. À cette époque, le mariage était toujours aussi important et la seule raison valable de divorce s’avérait être l’impuissance du mari. En effet, afin de pouvoir garder sa femme, le conjoint devait prouver publiquement qu’il était en mesure d’accomplir son « devoir conjugal ». Devant témoins, il se devait d’avoir une érection ainsi qu’une éjaculation et, si jamais le doute persistait toujours, il était dans l’obligation d’accomplir intégralement l’acte sexuelle. Cette procédure fût abolie en 1677 à la grande satisfaction du peuple qui criait au scandale.

Tout comme au Moyen-Âge, l’époque moderne misait sur la procréation plutôt que sur le plaisir. « La procréation des enfants est la première et la principale fin du mariage » disait le catholique François de Sales en 1608. De plus, étant donné que la chasteté et la pudeur étaient préconisés, tout baigneur devait garder sa chemise car la nudité était interdite. C’est alors que des feuilles de vignes étaient placées sur les modèles nus de la Renaissance et que la prostitution devenait défendue. Dans de nombreuses villes les bordels se fermaient graduellement et c’est à partir de 1635 que les prostituées subissaient la flagellation et le banissement.

À cette époque, la vision du couple change légèrement. L’âge de se marier est retardé à 25 ans et les amoureux qui s’adonnaient à des jeux sexuels avant leur mariage risquaient l’excommunion. Le mariage tardif a aussi entraîné un certain choc démographique et on remarquait une diminution du taux de natalité. Même si l’église l’interdisait, les couples utilisaient le coït interrompu comme moyen de contraception afin de garder un certain plaisir charnel tout en contrôlant le nombre de bouches à nourrir.

À venir, la conclusion du dossier de la sexualité à travers le temps ! La fins des tabous à l’époque Contemporaine et l’émergence de l’éducation sexuelle dans la sexualité d’aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *