Zoom sur les femmes fontaines

 

 

Suite à la chronique sur le Point G, vous avez été nombreuses à discuter de l’éjaculation féminine. Certaines y croient, d’autres non. Plusieurs ne l’ont jamais expérimentée, mais quelques-unes l’ont savourée…Voici donc un zoom sur un sujet très controversé : les femmes fontaines!

Concrètement, l’éjaculation féminine se traduit par l’expulsion d’un liquide corporel par le méat urinaire qui se produit au moment de l’orgasme. La composition biochimique de ce fluide est semblable aux sécrétions prostatiques de l’homme (clair, inodore, incolore ou légèrement blanchâtre), mais il n’a rien à voir avec une soi-disant prostate féminine. Les chercheurs ne s’entendent pas encore sur sa composition exacte, mais sa texture ne serait pas comparable aux sécrétions vaginales, vulvaires ou à celles de l’utérus. Plusieurs ont cru que ce liquide provenait d’une perte d’urine lors des contractions orgasmiques, mais d’autres recherches ont conclu qu’il n’en contenait aucune trace. Comme vous pouvez le remarquer, trop peu de recherches ont été faites sur le sujet et la plupart des conclusions sont malheureusement contradictoires.

Lorsque le phénomène a fait ses premiers pas dans la science, les chercheurs croyaient qu’il s’agissait simplement d’un surplus de sécrétion vaginale et qu’il fallait maîtriser le problème. Visiblement, aujourd’hui nous voyons l’éjaculation féminine tout autrement puisque plusieurs en font la sommité de la réponse sexuelle de la femme!

Maintenant, vous vous dites sûrement : « C’est bien beau tout ça, mais comment fait-on pour y arriver? » Là-dessus, je vous dirai simplement que la clé se situe dans la stimulation et l’exploration! Comme il n’y aucune certitude quant à la capacité des femmes à avoir une éjaculation, il n’y a donc pas de façon précise d’y arriver! Par contre, vous comprendrez que les techniques que vous utiliserez requièrent une certaine base. La même que l’orgasme : un état psychologique favorable, une excellente capacité d’abandon et de lâcher-prise ainsi qu’une bonne connaissance de sa sexualité. À ceci, j’ajouterai une dose de patience. Celles qui y sont parvenues mentionnent qu’une stimulation vaginale intense et de longue durée a été nécessaire pour atteindre cet orgasme qu’elles qualifient d’euphorique. Par contre, il ne faut pas oublier que même si les recherches mentionnent que toutes les femmes sont en mesure d’y arriver, dans les faits, très peu ont fait l’expérience de l’éjaculation. Donc encore une fois, ne passez pas à côté de l’essentiel! C’est déjà beaucoup d’effort d’atteindre l’orgasme, s’il fallait en plus y ajouter un défi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *