Et si le point G n’avait jamais existé

 

 

Mesdames, cessez de vous acharner, il semblerait que le point G soit un coup monté ! Effectivement, selon une étude britannique auprès de 1800 femmes âgées entre 23 et 83 ans, cette partie sensible du corps féminin n’existerait tout simplement pas et serait une imagination collective encouragée par tous les magazines féminins de ce monde.

D’après l’équipe de chercheurs du King’s College de Londres, les résultats démontrent la non-existence du point G en concluant qu’il est presque impossible de découvrir ses traits réels. Découvert en 1950 par monsieur Gräfenberg, c’est en 1981 que la sexologue Beverly Whipple avait popularisé cette zone de terminaisons nerveuses qui, une fois stimulée, entraînait un orgasme intense. Cette dernière met donc en doute cette étude en évoquant le fait que la recherche ne tient pas compte des « habiletés » du partenaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *